Passer au contenu

Thomas Hellman, la ruine du rêve américain.

Sorti en septembre dernier, le tome 2 de RÊVES AMÉRICAINS, LA GRANDE CRISE, de Thomas Hellman.

Thomas Hellman est un auteur-compositeur, chroniqueur de radio d’une quarantaine d’années, il est québécois, mais fut bercé par une mère française de Nice et un père texan. Un grand écart culturel, qui l’enrichit d’une maîtrise égale de l’anglais et du français pour ses chansons, il a d’ailleurs déjà sorti 7 albums et s’inspire de ses chroniques sur Radio-Canada, dans l’émission littéraire “Plus on est de fous plus on lit”, pour nous chanter comme si de rien était  la grande crise américaine des années 1930.

C’est là, où il est fort, Thomas Hellman, c’est que musicalement, il ne sort pas un pauvre livre disque historique un peu ringard mal interprété au synthé avec des bruitages bidon. Non, ce sont de vraies belles chansons, avec des arrangements sublimes et beaucoup de références à la folk américaine. Et si sur beaucoup de titres, il parle, ce n’est pas parce qu’il ne sait pas chanter, c’est parce qu’il nous raconte ses histoires, parfois en mots et parfois en mélodies…

Son récit commence en 1848, la ruée vers l’or et  la conquête de l’Ouest, Thomas Hellman, ne glorifie pas, ici, les aventures des cow-boys courageux, non, il raconte la misère d’une population de migrants américains qui fuient un cauchemar, de terribles tempêtes de sable, résultant de la surexploitation de terres devenues des déserts, le massacre des bisons pour contrôler les indiens et le pillage de leur culture et bien sûr la crise de 29, ce rêve américain qui nous fera tous crever….

La chanson qui ouvre le disque et qui nous raconte toute la naïveté de l’illusion du progrès avec le grand rêve de Henry Ford, l’histoire de Detroit, martelée de travail à la chaîne, porté par cette musique qui ressemble au tic tac d’une montre ancienne ….

Les 11 & 12 juin, au Thomas Hellman au Théâtre de l’Oeuvre, Paris, son nouveau spectacle : Rêves américains : de la ruée vers l’or à la grande crise. Et pour le tome 1… 

 

 

Soyez le Premier à Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code