Passer au contenu

Elle est L, Raphaële Lannadère.

Alors pour bien comprendre la recherche musicale de Raphaële Lannadère, il faut d’abord vous présenter quelques personnes clés de sa vie d’artiste, à commencer par Martina Catella, professeure de chant et musicologue des Glotte-Trotters, le centre de recherche et de formation vocale, une artiste qui analyse et communique sa passion de la voix avec humour et virtuosité.  

Martina Catella, est la mère de Babx, chanteur, compositeur, pianiste. Formidable personne toute en sensibilité, qui espionne dès l’enfance planqué sous le piano, les chanteuses en devenir et les harmonies à venir ….

Babx, le complice de toujours de Raphaële, dès son premier EP et son premier album, Initiale, celui qui lui donne sa lettre de noblesse, son fameux L, Babx avec lequel elle fume des cigarettes en écoutant Barbara …

Oui, c’est une saloperie la cigarette, mais ça donne une prestance, ça nous rapproche de la belle époque où l’on se détruisait la santé en se disant que la vie était courte et qu’il fallait en profiter pour crever jeune. L’autre personne à connaître celle qui plane sur la carrière de L, c’est Barbara. Oui. Parce quand on parle de chanson, il y a toujours Brel, Brassens, Ferré ou Barbara. Raphaële, porte dès ses débuts l’étiquette nouvelle Barbara collée au front. Une filiation qu’elle finit par assumer tout naturellement. Babx, Barbara et donc, ce nouveau spectacle, avec Thomas Jolly, Un jardin de silence qui explore la face heureuse de la chanteuse jusqu’au 3 novembre à Paris à la Scala.

Raphaële est donc une chanteuse sociable qui accueille aussi bien les morts que les vivants, pour de la chanson au sens noble du terme, celui de l’artisanat du verbe, de la ligne claire, de la connaissance de soi et l’amour des autres. Avec par exemple, son titre « Orlando », hommage aux victimes de l’attentat homophobe américain de 2016 dans une boite de nuit, cet a cappella humain et spontané avec Jeanne Added, Sandra Nkake et Camélia Jordana à retrouver en vidéo sur sa page facebook. Ou bien l’hommage ci-dessous à la chanteuse décédée le 1ᵉʳ janvier 2010, Lhasa.

Soyez le Premier à Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code